Eric VISCOGLIOSI

Biologie et Diversité des Pathogènes Eucaryotes Emergents

Les recherches de l’équipe « Biologie et Diversité des Pathogènes Eucaryotes Emergents » (BDPEE) sont dédiées à l’étude de parasites eucaryotes émergents ou réémergents tels que le protiste Blastocystis et les microchampignons du genre Pneumocystis. Les infections liées à ces pathogènes de l’homme et des animaux peuvent être graves et ont un fort impact socioéconomique. Cependant, et malgré leur intérêt en santé publique, elles restent méconnues et sont souvent considérées comme orphelines ou négligées même si les parasitoses émergentes demeurent une des priorités de plusieurs instituts de recherche et en particulier de l’inserm.

De nombreuses questions biologiques communes à ces deux groupes de microorganismes sont posées telles que i) la prévalence, la diversité moléculaire et la circulation de ces parasites dans les populations humaines et animales (réservoirs, sources d’infection, potentiel zoonotique), ii) l’origine de cette diversité génétique et son impact sur le pouvoir pathogène et la transmissibilité des espèces et variants, iii) les facteurs parasitaires (molécules impliquées dans la virulence) et xéniques influençant leur prolifération chez les hôtes susceptibles ou bien encore iv) leurs interactions avec les cellules de l’hôte.

Afin de répondre à ces interrogations et ainsi de mieux appréhender les pathologies provoquées par ces parasites et les mécanismes moléculaires et physiopathologiques sous-jacents, le projet de l’équipe BDPEE se construit dans une perspective de biologie intégrative. Il se développe autour d’approches communes qui couvrent la biologie cellulaire (interactions hôte/parasite ; pathogénèse), la phylogénie, la génomique comparative, l’étude du transcriptome soutenue par les avancées actuelles du séquençage du génome de ces parasites.

Pour mener à bien ce projet, l’équipe BDPEE peut s’appuyer sur un savoir-faire dans les approches expérimentales nécessaires et sur une expertise reconnue pour ces pathogènes. De plus, sa composante hospitalo-universitaire est un atout indispensable à l’obtention de données cliniques sur les patients impliqués dans nos études et la collecte d’échantillons biologiques d’intérêt. Elle permet également d’associer aux travaux fondamentaux une recherche clinique de qualité. En outre, l’équipe BDPEE bénéficie d’un réseau très dense de collaborations nationales et internationales L’objectif général de ce projet est d’aboutir à une meilleure connaissance de la biologie fondamentale de ces microorganismes et de l’histoire naturelle des infections qu’ils causent pour fournir des bases rationnelles à la définition de stratégies de prévention et de contrôle, encore inexistantes. Ainsi, ce projet devrait contribuer à la compréhension des risques liés à ces parasitoses et à l’identification de nouvelles cibles thérapeutiques.

En parallèle, l’équipe BDPEE maintient une activité d’expertise reconnue en détection, taxonomie et phylogénie des protistes et microchampignons dans les domaines clinique et environnemental.

Cette note est également disponible en: Anglais